20 ans avec le Trio par Gabriel Prynn

20 ans avec le Trio Fibonacci, as-tu une anecdote à partager ?
J’ai, bien sûr, beaucoup de beaux souvenirs de mes 20 ans au sein du Trio Fibonacci, mais je pense que c’est nos collaborations avec le compositeur britannique Jonathan Harvey, décédé en 2012, qui me viennent à l’esprit. Notre premier disque était consacré à ses œuvres et nous nous sommes vus plusieurs fois par la suite. C’était un compositeur qui connaissait intimement le violoncelle, comme très peu venus avant ou depuis, avec une voix compositionnelle assez unique et fascinante. Il mariait sons électroacoustiques et sons instrumentaux avec une délicatesse incroyable. Il était chrétien, mais très influencé par la pensée bouddhiste – un spiritualisme qui touchait à la fois son art et sa personnalité. En somme, une personne très touchante qui me manque !

En repensant à vos tournées, quel public vous semblait le plus chaleureux ?
J’étais frappé par l’enthousiasme du public argentin. On présentait un programme assez contemporain et pas forcément accessible, mais on voyait tout de suite que c’était des personnes extrêmement cultivées et drôlement ouvertes d’esprit.

Quelles salles vous ont marqués ?
C’est difficile de ne pas être impressionné par l’aspect et l’acoustique des veilles salles européennes. Je pense surtout au Holywell Room à Oxford, une salle intime construite en 1748, et où Handel avait joué ; ainsi qu’à la magnifique Teatro Farnese à Parme avec ses colonnes et statues de chevaliers.

Parma-teatro-farnese-in-national-gallery
Teatro Farnese

Quelle œuvre en particulier as-tu hâte d’interpréter et pourquoi ?
Le trio de Debussy : une œuvre de jeunesse du grand maître français que je n’ai jamais eue l’occasion de jouer avant.

Ressens-tu une certaine maturité du trio après 20 ans ?
Oui, certainement. On a parcouru un vaste répertoire à travers les années qui nous a permis grandir en tant que musiciens et êtres humains. Cela dit, on n’a jamais eu peur de prendre des risques. Je pense que c’est justement pour cela que nous avons réussi à garder une belle fraîcheur dans nos démarches. Surtout, je trouve que le temps passe vite !

gp
Gabriel Prynn, violoncelliste

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.